Menu Content/Inhalt
Accueil arrow Hakilifalen
Hakilifalen

 

  • NOM : Hakilifalen
  • TRADUCTION : l’échange d’idées
  • LANGUE : dioula
  • STATUT : journal de l’INADES-FORMATION (Institut Africain pour le Développement Economique et Social pour la Formation)
  • RECEPISSE : n° 1677/MIJ/CA-TGI/OUA/P.F. du 07/11/01
  • ISSN : 0796-5990
  • DATE DE CREATION : 1994
  • HISTORIQUE DE LA CREATION : Les alphabétisés en langue abonnés aux cours de l’Institut INADES-FORMATION avaient épuisé les cours. Ils voulaient un instrument d’échange et de formation continue, de là est né un bulletin en mooré (Vẽnegda), et un en dioula
  • COORDONNEES : 01 BP 1022 Ouagadougou 01, province du Kadiogo, tél : 50 34 03 41 – 70 24 45 70 (rédacteur en chef)
  • TYPE D’INFORMATION : Journal d’informations générales
  • RUBRIQUES : actualité locale, nationale et internationale, décentralisation, démocratie, sports, faits divers, contes, …
  • OBJECTIFS : appuyer la post-alphabétisation, donner la parole aux paysans, favoriser la communication entre paysans, entre paysans et partenaires au développement, créer un véritable cadre d’expression des paysans
  • PUBLIC CIBLE : producteurs alphabétisés en langue dioula, animateurs, partenaires alphabétisés en langue dioula
  • PERIODICITE : trimestriel
  • TIRAGE : 1 800 exemplaires
  • FORMAT : A4
  • VOLUME : 12 pages
  • ZONES DE DIFFUSION : provinces du Houet, Comoé, Léraba, Kénédougou, Tui, Mouhoun, Kossi, Sourou, Poni, ventes au Mali
  • PRIX DE VENTE : 125 FCFA
  • PRIX DE L’ABONNEMENT ANNUEL : 500 FCFA
  • L’OURS : rédacteur en chef : HIEN Grégoire
  • LIEU D’IMPRESSION : Imprilip, Ouagadougou
  • LIEUX DE VENTE : librairies, comités villageois de rédaction, bibliothèques, centres d’alphabétisation, le siège
  • APPUIS FINANCIERS : CTA (Centre de Coopération Technique et Agricole), OSEO, Programme Alpha de la Coopération Suisse
  • APPUIS TECHNIQUES : AEPJLN
  • PERSPECTIVES :
    - Transférer la production à la base : Association des Communicateurs Paysans Dioulaphones (ACPD)
    - Regrouper les communicateurs paysans (mooréphones, dioulaphones et fulfuldéphones) en un réseau de communication rurale